Photo: Aude Sirvain
Photo: Aude Sirvain
Photo: Aude Sirvain
Photo: Catherine Richard

Bombes 2 Bal

Bienvenue chez les Bombes 2 Bal, à la fête des épousailles entre dansante langue d’oc et brûlant forró nordestin. Fête permanente depuis la rencontre de Lise Arbiol et Aurélie Neuville avec Claude Sicre, l’un des Fabulous Trobadors, qui a donné naissance à ce groupe de bal pour toutes générations. Bal indigène pour grand-mères et pitchounets, musiques de tous bois et de toutes cordes, cabreta aveyronnaise et tympanon pyrénéen, ektara bengali ou zabumba nordestin… Pour danser, et vivre ensemble.

Bal indigène (2007)

14/05/2007

#bio complète
#fermer

Bombes 2 Bal

Danse avec ta grand-mère, donc. Voici un disque qui, dès son titre, décline fièrement son programme et ses ambitions. Soit la promesse d’un moment de fête, d’euphorie pour les tympans, le cœur et pour les pieds, mêlée au désir clairement affiché de se moquer des fossés supposés entre les générations. Les armes dégainées par les Toulousaines de Bombes 2 Bal sont pacifiques mais savent faire parler la poudre : un accordéon qui secoue ses soufflets sans discontinuer, des percussions qui battent la plus vibrante des chamades, des voix féminines qui jaillissent en bouquet, et des chansons dont les mélodies tatouent instantanément la mémoire de tous les auditeurs. Tous ? Oui, tous, sans discrimination. 

Quand la logique marchande prétend faire une distinction entre les “musiques de jeunes” et les autres, prône la fragmentation des goûts et la division des plaisirs, les Bombes 2 Bal, elles, militent dans la bonne humeur pour une musique réellement rassembleuse, unitaire, capable de ressaisir en un seul refrain ce bonheur d’être ensemble que les semeurs de discorde s’acharnent à émietter, à pulvériser menu. Du consensus pur et dur, en somme : celui dont se sont toujours nourries les formes les plus spontanées de culture populaire.

A l’origine de ce projet, il y a Lise (chant, tambourin) et Aurélie (chant, triangle) : deux cigales toulousaines qui ont des fourmis dans les doigts et la voix, et qui cherchent à donner corps et substance à leurs envies. Leur bagage musical est des plus minces ? Peu importe : partant du principe que la musique est trop sérieuse pour être laissée aux seuls professionnels de la profession, elles toquent à la porte de l’association Escambiar.

Installé au cœur d’Arnaud-Bernard, ce quartier toulousain où l’utopie est depuis quelques années devenue réalité, Escambiar s’est donné pour but de favoriser de nouvelles pratiques culturelles, au travers d’activités musicales ancrées dans la vie de tous les jours : un programme qui en fait moins une école qu’un joyeux chantier à ciel ouvert. Là, Lise et Aurélie rencontrent Claude Sicre, l’éminence – plutôt haute en couleurs que grise – des Fabulous Trobadors. Un ravaudeur de génie qui, depuis vingt ans, a su retrouver le fil perdu du folklore occitan, tisser des liens culturels et musicaux très serrés entre son pays et le Nordeste brésilien, ou encore raccommoder activement le tissu social de son quartier.

Sicre connaît les vertus de la transmission : il forme les deux néophytes à ce style musical dont il est l’initiateur, et qui renvoie autant aux traditions occitanes qu’au forró nordestin. Il les initie à un répertoire déjà existant et les aide à créer elles-mêmes de nouvelles chansons. A peines nées, les Bombes 2 Bal mettent déjà en pratique ce qu’elles ont appris. Epaulées par quelques précieux partenaires – qui ont aujourd’hui pour prénoms Magali (chant, agogos), Martine (accordéon), Romain (zabumba, alfaia) et Karim (basse) –, elles descendent dans la rue. Elles n’en reviendront plus : car leur place est là, au cœur du quartier, au cœur du monde.

Les Bombes 2 Bal chantent pour les anniversaires, pour les ouvriers qui bossent dans la rue, pour les sportifs qui suent sous leurs maillots, pour toutes les occasions qui font les larrons. Elles s’invitent dans les maisons, les écoles, les hôpitaux, les maisons de retraite. Et lorsqu’elles se produisent dans le cadre plus formel d’un concert, c’est pour transmettre et échanger encore : accompagnées de deux danseurs qui initient le public aux subtilités des “danses tribales toulousaines”, elles remettent au goût du jour la grande tradition du bal occitan. “Notre envie, disent-elles, c’est que les gens continuent ensuite à chanter et à danser sans nous, chez eux.” Voilà le fabuleux dessein des Bombes 2 Bal : répandre le virus salvateur d’une musique jouée pour tous et par tous, propager à tous les étages de la société la fièvre d’un folklore hautement contagieux.

Tout ceci pourrait nourrir les pages d’une jolie fable, édifiante et fleurie ; mais c’est une histoire vraie et intensément vécue dont on parle ici. Une histoire qui s’enrichit aujourd’hui d’un nouveau chapitre avec la sortie de Danse avec ta grand-mère.

Dès les premières mesures de Chat perché, on sait de quel bois inflammable se chauffent les chansons de Bombes 2 Bal. Réalisé de main de maître par Claude Sicre et Sodi, étoffé ici et là par des arrangements de violon, de guitare ou de claviers qui renforcent sans l’étouffer la triplette voix–accordéon–percussions, Danse avec ta grand-mère défend la cause d’un art populaire généreux, puisque joué et interprété à un niveau supérieur d’engagement. C’est un disque qui, en toute simplicité, résume bien la folle ambition des Bombes 2 Bal : réinvestir dans ses grandes largeurs le registre déprécié ou sinistré de la chanson de tous les jours, de la chanson de circonstance, de la chanson fonctionnelle, élevée ici au rang d’expression sans frontières. Bien sûr, le cousinage entre l’Occitanie et le Nordeste est activement célébré, à travers des titres éloquents (On adore le forró ou Nordeste, Occitania) et la présence de musiciens brésiliens (Heleno dos 8 baixos, Coco Raizes de Arcoverde, Valdir Santos et Silverio Pessoa) qui ferraillent avec ardeur.

Mais c’est aussi dans la chronique du quotidien, l’exploration de l’infiniment petit que les Bombes 2 Bal touchent à l’infiniment grand. Passant des sentiments les plus légers (J’aime bien les garçons, Demain vacances) aux déchirements les plus secrets (Pourquoi faut-il ?, ode aux migrants de toutes origines sublimée par la voix boucanée d’Idir), des grands questionnements d’hier (Lo Ben e lo mal, texte du troubadour Cadenet adapté par Sicre) aux petits emmerdements d’aujourd’hui (Tu m’embêtes, qui aurait pu s’intituler Le Bal des casse-pieds), d’une comptine surréaliste (Auèi Dimenge) à une poésie égrillarde (Digús, d’après un texte d’Aimé Serre), Danse avec ta grand-mère est un disque qui, sous l’apparence modeste d’une collection d’airs à danser, redimensionne le champ d’action de la chanson.

 

Videos

EPK Danse avec ta grand-mère

A propos du groupe, "Le bal sur la place"

News

Liens

real: attitude & C.Sauvage