Photo:
Photo:
Photo:
Photo:
Photo:

Wave Machines

Si " Wave If You're Really There " était le témoin joyeux de leurs premières expérimentations pop et de leurs mésaventures amoureuses et personnelles, leur deuxième album " Pollen " dépeint les émotions floues et contradictoires, éveillées par les amitiés de longue date et l'amour inconditionnel.

POLLEN

21/01/2013

#bio complète
#fermer

Pollen

Tim Bruzon, le leader de Wave Machines, se plaît à citer Douglas Adams : « J’adore les dates butoirs. J'adore le son vrombissant qu'elles font quand elles passent devant moi ».
Trois ans ont passé depuis la sortie de « Wave If You’re Really There », leur premier opus acclamé par la critique. Mais les Wave Machines ne se sont pas endormis sur leurs lauriers pour autant. Quelques mois après avoir quitté la scène, leur musique a investi les compilations, les musiques de pub et les bandes-son du monde entier. Ce labeur invisible et lent est une récompense propre au monde de la musique d'aujourd'hui.
« Nous avons été très productifs pendant cette période », dit Carl Brown avec un accent made in Liverpool, contrastant avec la voix de fausset caractéristique du groupe. Trois enfants, deux mariages et des fiançailles : voilà ce qui a occupé ce groupe qui a toujours outrepassé le vent dominant de l’industrie de la musique.

A l’heure de Twitter et des blogs, où il est possible d’autoproduire un album en quelques heures et où l’on peut devenir célèbre pour avoir posté une vidéo sur YouTube, les membres de Wave Machines ont placé la valeur de leur travail au-dessus des dates d’enregistrement et des calendriers de sortie. Comme le dit Carl, « l'important est de ne pas se fondre dans le bruit environnant ».

En 2010, à la fin de leur première tournée, Tim et Carl se sont installés au volant de leur car, ont roulé toute la nuit de l’Ecosse à Liverpool, et ont commencé à dessiner le futur du groupe. Le nouvel album serait plus cohérent, avec une attention particulière apportée à la consistance sonore et aux thèmes de leurs chansons. Alors que Tim, Carl et le batteur Vidar se sont partagés l’écriture d’un premier album éclectique, Tim allait devenir le compositeur principal, regroupant leurs expériences communes de jeunes adultes bien installés dans leurs vies à la fois familiales, amoureuses et créatrices.

Si « Wave If You’re Really There » était le témoin joyeux de leurs premières expérimentations pop et de leurs mésaventures amoureuses et personnelles, « Pollen » dépeint les émotions floues et contradictoires, éveillées par les amitiés de longue date et l’amour inconditionnel.
L’écriture et le processus d’enregistrement ont été divisés en deux phases. Tim et le groupe commençaient à travailler leurs chansons dans une salle de répétition home-made, dans l'avant-toit de l’église St Brides et dans l’ombre de la Cathédrale Anglicane de Liverpool. Ensuite, muni d’un disque dur plein à craquer, Tim se rendait jusqu’à un studio londonien, où il dévoilait leur travail au producteur Lexxx (Arcade Fire, Bjork, Goldfrapp). Puis, le duo se chargeait de couper, modifier, approuver ou rejeter, éditer ou overduber les titres, avant que Tim ne retourne à Liverpool. Les rencontres répétées entre ces deux personnages créatifs ont donné au groupe une perspective qui lui était nécessaire, forgeant les formes les plus cohérentes mais complexes de leur second album.

« Counting Birds » et « Home » examinent les rituels à la fois réels et imaginés d’un homme au travail ; « Unwound » and « Blood Will Roll » s'attardent sur les médias, la relation que nous avons avec eux et notre dépendance ; « I Hold Loneliness » dépeint l’amitié vraie et le premier single « Ill Fit » les engagements qui vont avec. La majeure partie de l’album traite des besoins humains et de la superstition, dans un monde où la technologie nous enivre et où le commerce est notre unique motivation. La nature ne manque pas à l’appel grâce à « Gale » et ses évocations de marée, d’aurore et de terre. Le titre « Pollen » est un requiem émouvant destiné aux migrants chinois, appelés par la mer à la Baie de Morecambe en 2004. Enfin « Sitting in a Chair Blinking » évoque la fameuse question que nous connaissons tous : « As-tu eu ce que tu voulais ? ». Wave Machine est capable d’illustrer l’humanité dans un style moderne comme personne.

« Ces dix dernières années, nous avons fait des choses qu’on ne fait pas quand on veut être mainstream » dit Tim songeur. « En fait, j’ai commencé à écrire des chansons à 30 ans. J’ai réalisé, un peu tard, que je pouvais faire mieux ! ». Cet aveu, venant d’un compositeur qui a écrit la bande originale de certains épisodes de Skins, de publicités pour VW, qui passe à la radio et apparaît sur les compilations « Presents » d’Annie Mac, tort le coup aux idées reçues selon lesquelles les jeunes créateurs sont les meilleurs.
Depuis l’éprouvante et vibrante scène de Liverpool, Wave Machines a toujours défini ses propres règles de création. Le groupe a un principe : écrire SON album, le bon album. Cet album. Hors de question de « se fondre dans le bruit environnant ».

Wave Machines : Tim Bruzon (Chant / Guitare / Claviers) ; Carl Brown (Chant / Claviers / Guitare) ; James Walsh (Chant / Basse / Claviers) ;  Vidar Norheim (Chant / MalletKat / Batterie).

clips

Counting birds

réal: Directed by Stuart Lanceley / Creative Director Scott Spencer

Ill fit

réal: Scott Spencer and John Brown at The Popular Society

I hold loneliness

réal:

News

Liens

Wave Machines - "Pollen"

Les 4 garçons de Liverpool sont de retour avec "Pollen", un 2ème album rock et groovy.

L'album est en vente en digital sur itunes ainsi que sur ce site ici. L'album est également disponible en physique sur la boutique en ligne.

Wave Machines sera en concert en France au Café de la Danse le 17 avril 2013 (festival Clap your hands), réservez vos places ici.

Découvrez les clips de trois titres de l'album : Counting birds / Ill fit / I hold loneliness

Wave Machines - "Wave If You're Really There"

"Wave If You're Really There", l'album du groupe Wave Machines, est disponible depuis le 12 avril en CD sur la boutique en ligne et en digital, en version simple ou version album + 3 clips ("I Go I Go I Go", "Punk Spirit" et "Keep the Lights 0n").

real: attitude & C.Sauvage